Suivez nous sur Twitter

Faut liker sur Facebook

ôm sweet ôm

Parce que les trains pour Jaipur sont bondés et que nous ne trouvons pas de place avant le 21 février, nous devons prolonger notre séjour à Rishikesh. On se laisse vivre dans cette ville paisible. Ici nous ne sommes pas sollicités ni même observés comme ailleurs. Nous regardons les Indiens descendre sur les “ghats”, ces paliers aménagés au bord du Gange. Certains se baignent partiellement ou entièrement, beaucoup puisent de l’eau qu’ils conservent dans des bidons en plastique vendus spécialement par des marchands ambulants.

P1050758-resized_thumb1

Comme nous avons le temps et que nous sommes particulièrement détendus, nous décidons de nous essayer à la méditation et au yoga.

DSCF6190-resized

Pendant trois jours, nous nous rendons matin et soir au ashram Sri Sant Sewa Yatri Niwas suivre les enseignements du yogi Dilip. Les cours sont à la carte, on choisit ceux de 8h à 9h30 et de 16h30 à 18h pour les débutants. Nous sommes en petit groupe, de trois à huit personnes maximum. Nous allons adopter des postures que nous ne nous savions pas capables d’exécuter et progresser doucement mais sûrement.

DSCF6197-resized

Chaque séance débute par une petite prière et l’expiration du fameux “ôm” que l’on prononce en tailleur, les mains sur les genoux. Le “ôm” est l’un des symboles les plus vénérés des hindous. Son aspect en forme de chiffre trois évoque la création, la préservation et la destruction de l’univers. Le croissant de lune représente l’esprit discursif et le point à l’intérieur, le dieu Brahman, source de toute vie. Les bouddhistes croient que la répétition du “ôm” avec une concentration absolue conduit à un état de bienheureuse vacuité. Sans aller jusque là, nous nous sommes vraiment sentis plus zen pendant ces quelques jours et nous avions hâte de nous rendre à chacun des cours.

Autant à Paris le yoga ne nous a jamais tenté, autant ici, il nous permet un nouveau regard sur nous-mêmes et notre mode de vie.

P1050782-resized

Depuis la plage du ashram, nous pouvons voir notre hôtel fraîchement repeint en bleu et rouge. Les pots de peinture traînent encore dans les escaliers.

P1050783-resized

Le pont de Lakshman Jhula est tout proche lui aussi.

DSCF6042-resized

Les cafés ne sont pas ouverts avant 8h du matin. Aussi nous prenons un chaï dans l’une des petites échoppes avant de nous contorsionner.

DSCF6003-resized_thumb1

Après on s’accorde parfois un petit-déjeuner plus copieux. Ci-dessus des “parantha” fourrés aux légumes, avec du yaourt et des épices, le petit-déjeuner indien traditionnel.

DSCF6231-resized_thumb

Entre deux séances de yoga, nous regardons toujours vers le Gange, comme hypnotisés par sa couleur verte et laiteuse. Des femmes font sécher leur sari sur les berges de pierres. Les sari, ce sont ces pièces de tissus, entre 6 et 9 mètres, dans lesquels elles s’enroulent sans épingle et se parent de robes colorées.

P1050746-resized_thumb

Une vache admire le temple hindou de Swarg Niwas.

P1050756-resized_thumb

Nous marchons sur une route moins fréquentée vers le nord. Nous croisons quelques jeeps et la toujours très élégante Ambassador.

DSCF6163-resized

On aime ses petites dentelles à l’arrière.

DSCF6050-resized_thumb

Nous traversons et retraversons le pont suspendu qui ondoie légèrement sous le poids des passants de toute espèce : touristes, marchands, scooters, vaches ou singes.

DSCF6066-resized

A l’extrêmité nord du pont, des sodas maison au citron ont été mis en bouteilles.

DSCF6110-resized

Des photographes munis de leurs imprimantes proposent leur service aux touristes indiens. Nous avions déjà vu ça au Pérou. Sitôt photographié, sitôt imprimé ! Ils ont même des books à présenter pour convaincre le client.

DSCF6056-resized_thumb1

Notre hôtel, ci-dessus en rouge et bleu, s’appelle le Tourist Home. On s’y sent bien, quand les coupures d’électricité ne nous privent pas de lumière ou pire, d’eau chaude. Heureusement, ça ne dure jamais plus de quelques heures…

DSCF6140-resized

La vue depuis le toit est toujours la même mais on ne se lasse pas.

DSCF6135-resized

A nos pieds, les jeeps collectives se vident et se remplissent sous un amas de fils électriques.

DSCF6128-resized_thumb

Après une semaine de repos à Rishikesh, nous sommes prêts à reprendre la route. Nous regagnons la gare d’Haridwar par le bus. On remarque encore une Ambassador blanche conduite par un Sikh.

DSCF6247-resized_thumb1

Nous allons maintenant passer la nuit dans le train. Nous voyageons en “sleeper”. Il n’y a pas de compartiments mais plutôt des box pour six personnes qui se succèdent sous des ventilateurs.

DSCF6259-resized_thumb1

Ce n’est pas très confortable et plutôt bruyant mais on s’adapte à tout maintenant. Bouchons d’oreille, duvet, le tour est joué.

DSCF6263-resized_thumb1

On nous a judicieusement recommandé de réserver les couchettes du haut pour ne pas être dérangés.

DSCF6276-resized_thumb1

Bonne nuit…

No tags for this post.