Suivez nous sur Twitter

Faut liker sur Facebook

De Dee Why à Ballina

Jeudi 12 janvier – Le soleil nous suit jusqu’à Dee Why, l’une des plages du nord de Sydney les plus courues, l’occasion pour nous de prendre une bonne douche froide et de faire un peu de lessive dans les sanitaires hyper clean.

DSCF4007-resized

Sur la plage, une sorte d’aviron géant se prépare à rejoindre l’eau.

DSCF4021-resized

On apprécie le peu d’immeubles qui borde la plage.

DSCF4022-resized

La fameuse piscine d’eau de mer dans l’océan complète le tableau de la plage australienne idéale.

P1050249-resized

Le lendemain nous rejoignons Newcastle où nous allons retrouver Ralph, un ancien de la promo nantaise d’Antoine. Pas de camping autorisé ici, on se gare un peu à l’arrache dans une petite rue sombre à l’écart du centre-ville où d’autres voyageurs ont garé leur break ou leur chubby, des versions plus light que le van pour tracer la route. Nous sommes tout près du parc King Edward.

DSCF4026-resized

Le jour suivant, nous roulons jusqu’à la baie de Port Stephens. Sur le parking ombragé de One Mile Beach, trois personnes se tordent le cou en regardant en l’air. Trois koalas font la sieste dans les arbres ! Ils sont invisibles pour qui ne sait pas qu’ils sont là et il faut sacrément zoomer pour leur tirer le portrait. Ils sont bien accrochés.

Après une nouvelle douche froide, nous nous rapprochons de la dune de Stockton Bight.

DSCF4035-resized

La plage par laquelle nous y accédons est magnifique. Le panneau concernant la promenade des chiens nous fait beaucoup rire. Après quelques semaines en Australie, il nous semble vraiment révélateur de cette société qui aime à rappeler à tout bout de champ ce qui est permis et ce qui ne l’est pas. Il y a des aires de repos de jour et d’autres de nuit, des lieux où l’on peut camper mais pas entre la poubelle et l’entrée du chemin, soit une zone de 1 m. Au café, on peut utiliser la connexion internet mais pas brancher son ordinateur. Tout un tas de restrictions qui finissent par vraiment nous gonfler à la longue.

DSCF4036-resized

Mais revenons à la plage.

DSCF4041-resized

La dune de Stockton Bight s’étend sur 35 km entre Newcastle et Anna Bay.

DSCF4046-resized

Elle recréé un paysage désertique digne du Sahara.

P1050275-resized

On pourrait s’attendre à voir apparaître Lawrence d’Arabie et sa caravane.

DSCF4048-resized

La pluie nous chasse encore. Elle continue jusqu’à Ballina où nous faisons une halte à la laverie, trop heureux de pouvoir aussi et sans que personne ne nous fasse de remarque, y recharger les batteries de nos ordinateurs, iPod et appareils photo. Ballina, c’est aussi la ville où nous avons oublié d’éteindre les feux de croisement avant d’aller au café écrire notre blog. Deux heures après, le van ne voulait plus démarrer et une pluie battante rendait nos recherches de pince-crocodiles désespérantes. Heureusement on s’était garé devant la maison d’un passionné d’ULM en train de bricoler. Il nous a gentiment sorti une batterie portable du coffre de sa caravane et les fameuses pinces rouges et noires. En un clip, même sous la pluie, le tour était joué. Merci !!!

P1050283-resized

Plus au nord, nous avons découvert le Myall Lakes National Park et ses drôles d’oiseaux.

P1050289-resized

Ce jour-là encore il pleuvait et nous nous sommes aperçus que la plupart des sites intéressants du parc n’étaient accessibles qu’en 4×4. Dommmage.

P1050290-resized

C’est un endroit où se poser et rêver quand il ne pleut pas.

P1050291-resized

A part se baigner, il n’y a finalement rien à faire.

P1050296-resized

Malgré tout, on se risque à faire une petite marche à travers la forêt humide jusqu’à Johnson’s Beach.

P1050299-resized

Les oiseaux se paient notre tête on dirait. Leurs cris ressemblent à de véritables fou-rire.

P1050301-resized

On a les pieds mouillés mais le coeur au chaud.

No tags for this post.