Suivez nous sur Twitter

Faut liker sur Facebook

Byron Bay

Mercredi 18 janvier – C’est encore sous la pluie que nous arrivons à Byron Bay. Nous sommes franchement frustré. Depuis 10 jours, nous roulons sans rien voir et sans pratiquement sortir du van. On l’aime bien notre van, c’est pas la question, mais on y est un peu à l’étroit à la longue. On a eu un peu de soleil à Narrabeen mais on ne pouvait pas se baigner à cause du courant.

C000649-R1-11-9A-resized

Antoine retrouve son optimisme à Byron Bay après le déjeuner et décide que nous ne devons plus tenir compte de la pluie. Du reste il ne fait pas froid et elle commence à ressembler davantage à du crachin nantais qu’à une vraie averse.

DSCF4076-resized

Cette résolution nous porte chance puisque après quelques minutes de marche sur la plage, la pluie cesse tout à fait et cède place au soleil. Nous longeons cette immense plage jusqu’à The Pass, une partie près des rochers que les surfeurs expérimentés affectionnent. On les observe depuis un promontoire d’où l’on peut également apercevoir de temps en temps les nageoires des dauphins. Nous en distinguons nettement cinq ce jour-là.

DSCF4055-resized

Le soir, nous campons près de la plage malgré l’interdiction de stationner “entre 1h et 5h du matin”. La présence d’autres baroudeurs nous rassure. Enfin presque puisque Antoine a le sommeil léger cette nuit-là et tombe du lit à 6h. La peur du gendarme lui a gâché sa nuit. Nous trouverons d’autres lieux de stationnement plus discrets les nuits suivantes et éviterons ainsi la fameuse amende de 200 dollars par personne pour camping sauvage.

DSCF4062-resized

A 6h du matin, Antoine n’est pas le seul à errer sur cette plage dont il a surfé les vagues pendant plus d’un mois, il y a sept ans. Cette fois, il louera une planche pendant 24 heures, soit une belle après-midi et une superbe matinée.

DSCF4067-resized

Les kayakistes ont déjà fait une sortie en mer.

C000649-R1-36-34A-resized

L’après-midi, le soleil est bien installé. Nous en profitons pour marcher jusqu’à Cape Byron, le cap le plus à l’est de toute l’Australie. Un très beau promontoire permet de suivre les jeux des dauphins qui ont l’air en forme. Nous en voyons encore cinq qui sautent par-dessus les vagues.

P1050315-resized

Après ses exploits sur la planche, Antoine se laisse aller à ne rien faire. On se protège du soleil qui est vif maintenant.

DSCF4099-resized

Nous délaissons la plage principale de Byron Bay pour Watego, plus petite, et encore plus jolie. Nous regardons l’équipe de “Beautiful weddings on the beach” monter une chapelle et des bancs pour célébrer l’union de Shae et Kane. Ca nous occupe une demi-journée. On est débordé.

DSCF4117-resized

L’autre demie-journée, nous la passons à lire, à nous baigner, à regarder les surfeurs, à ne rien faire. Nous nous sentons vraiment bien à Byron Bay, elle correspond à l’image que nous avons tous les deux de l’Australie. Nous voyons encore deux dauphins au loin. C000649-R1-35-33A-resized

Sandrine voudrait ne jamais partir mais la route est encore longue et après 4 jours, il est temps de reprendre le volant.

C000649-R1-07-5A-resized

Nous faisons le plein d’eau sur une aire de jour à proximité. Et c’est parti. Adieu jolis combis hippies de Byron Bay…

C000649-R1-33-31A-resized

Dès que nous quittons notre paradis, il se remet à pleuvoir ! On s’arrête à Nimbin, une ville excentrique où l’on se voit proposer de l’herbe à peine claqué la porte du van !

DSCF4133-resized

Le Nimbin Museum réunit pêle-mêle objets et peintures de la culture hippie.

DSCF4135-resized

No tags for this post.