Suivez nous sur Twitter

Faut liker sur Facebook

Franz Josef et Fox Glaciers

Jeudi 8 décembre – Une bonne journée de route nous attend jusqu’à Franz Josef. Nous quittons notre cabine au camping de Murchison. C’est notre alternative au backpacker : un petit bungalow avec juste un lit et une cuisine commune plus ou moins équipée. Il faut se servir dans les placards.

DSCF2220-resized

La route du jour passe par Ross, la plus grande mine d’or de type alluvial de l’hémisphère sud.

DSCF2244-resized_thumb_thumb

On prend la pause dans le village où quelques maisons reconstituent son histoire.

DSCF2245-resized_thumb1_thumb

Il paraît qu’en 1909, on y trouve la plus grosse pépite d’or du pays : 3,098 kg ! Si seulement on en avait trouvé une petite… Après quelques heures de conduite, nous arrivons à Franz Josef. Nous sommes accueillis au backpacker Chateau Franz par Santa lui-même !

DSCF2270-resized

Le village est réputé pour son glacier qui descend jusqu’à moins de 300 m en altitude, dans un milieu tempéré.

DSCF2288-resized

Pour des raisons de sécurité, on ne peut pas l’approcher à plus de 200 m sans guide.

DSCF2291-resized

La limite à ne pas dépasser est bien définie par une sorte de garde-forestier en carton.

P1040865-resized

Si on compare le haut du glacier et le bas, il y a comme une petite différence de couleur.

P1040873-resized

Nous avons de la chance car la rivière qui longe le chemin pour y accéder est calme quand nous nous rendons sur place et ne risque pas de déborder.

P1040875-resized

A quelques kilomètres, Fox Glacier s’étend davantage. On peut le voir de plus près aussi.

P1040891-resized

En chemin, nous avons rencontrés trois jeunes Basques d’Agen avec leurs bérets noirs et leur accent du sud. Un simple “bonjour” se transforme vite en échange chaleureux. On regrette de ne pas faire la route avec eux, mais nous voyageons dans le sens contraire.

DSCF2327-resized

Les rochers près du glacier dressent comme des murs devant une eau turquoise.

DSCF2335-resized

Nous continuons sur la State Highway 6 et commençons a ressentir la faim à Bruce Bay, la plage idéale pour un pique-nique à base de conserves bon marché. La salade a tout de suite une autre saveur.

DSCF2349-resized

Nous quittons l’océan et poursuivons plus au sud dans les terres. Nous traversons le Mount Aspiring National Park et faisons une pause au bord de la rivière à Pleasant Flat. C’est une aire de repos qui fait aussi office de camping rudimentaire. Il suffit de laisser son dû dans une petite urne prévue à cet effet.

P1040908-resized

Nous sommes au coeur des Alpes néo-zélandaises. Le Mount Aspiring culmine à 3 027 m.

DSCF2357-resized

Nous continuons vers Wanaka. C’est là qu’un premier incident survient avec la voiture de location. Après un arrêt à la station-service, Antoine recule dans un tas de pierre… Le pot d’échappement est maintenant déboîté et un peu trop proche de l’asphalte. Il faudra être particulièrement vigilants quand on devra passer un dos-d’âne.

P1040852-resized

La présence de lamas nous rappelle le Pérou.

P1040919-resized

Et en fin d’après-midi nous longeons deux lacs, aussi beaux l’un que l’autre : le lac Wanaka et le lac Hawea. On se pose finalement à Wanaka dans un camping où nous sommes surclassés dans une cabine avec canapé.

DSCF2379-resized

On aime bien la formule cabine pour l’intimité, mais les draps et couvertures ne sont pas fournis et nos duvets sont si légers qu’on a toujours froid ces nuits-là. On dort tout recroquevillé, on se réveille courbaturé.

DSCF2387-resized

On se réchauffe en prenant notre petit-déjeuner au soleil face au lac.

DSCF2236-resized

Jour suivant, deuxième incident avec la voiture : Sandrine porte le coup de grâce en reculant dans un arbre qui s’abat sur le champ sans résistance. Il était dans l’angle mort aussi… Cette fois le pot d’échappement est sacrément rabaissé. Antoine réussit à le réhausser mais pour le coup, un peu trop près du pare-choc qui se déforme sous la chaleur. On ne peut pas continuer comme ça. DSCF2402-resized_thumb

On s’en rend compte sur un parking au-dessus de Queenstown d’où la vue est impressionnante.

P1040925-resized_thumb[1]

Ca tombe bien, notre loueur a une succursale à l’aéroport de Queenstown. Nous y déposons la voiture et déclarons le sinistre avant d’en récupérer une autre. A ce jour, on ne connaît toujours pas le montant de la facture à payer. Nous avons versé une avance de la moitié de la franchise, soit 750 dollars. Heureusement que nous avons notre assurance Visa Premier car notre assurance tourdumondiste Mondial Assistance ne nous couvre pas pour ce genre de pépin. A suivre.

No tags for this post.