Suivez nous sur Twitter

Faut liker sur Facebook

Christchurch

Vendredi 16 décembre – Centre commercial et industriel de l’île du Sud, Christchurch a beaucoup souffert du tremblement de terre de février 2011.

IMG_0173-resized

Le Tranquil Lodge où nous résidons s’excuse par exemple des fissures qu’il n’a pas pu colmater, dans l’attente du soutien des assurances.

DSCF2809-resized

Heureusement que c’est bientôt Noël pour égayer un peu cette fin de séjour : une marque de chocolat a installé dans le parc Hagley une boule géante avec sapins, bonhommes et neige artificielle, clin d’oeil au cadeau-souvenir kitsch que l’on agite pour faire tomber de faux flocons. Nous découvrons la ville avec Cédric, un Français de Malesherbes en région parisienne, rencontré à notre backpacker. C’est un jeune vraiment très sympathique qui voyage seul en Nouvelle Zélande pendant deux mois. Il a acheté un van qui a rendu l’âme une semaine avant la fin de son séjour. Il a loué une voiture pour terminer le tour de l’île du Nord. Il rappelle à Sandrine son ami José le parapentiste, par son énergie, sa simplicité et son ouverture aux autres. On souhaite à Cédric un bon retour en France après cette aventure et des retrouvailles avec la montagne qui lui manquait à cette saison.

DSCF2817-resized

Dans le centre-ville, un nouveau quartier est apparu. Des constructions provisoires ont remplacé les bâtiments mis à mal par le tremblement de terre. Ce sont des containers colorés qui donnent un côté branché à Christchurch, comme dans d’autres grandes villes (Liverpool notamment). Les docks sont à la mode.

DSCF2820-resized

A côté de ça, c’est plutôt la désolation. Nous avançons sous contrôle dans un passage entre grillages à travers une ville fantôme.

DSCF2824-resized

La cathédrale a été particulièrement touchée.

DSCF2831-resized

Les vitrines laissent apparaître la vaisselle cassée le jour du tremblement de terre. C’est comme si les clients venaient juste de fuir. D’autres immeubles semblent déserts bien qu’ils ne portent pas les marques du séisme. Sans doute se trouvent-ils dans une zone encore exposée. C’est bien triste une journée à Christchurch.

DSCF2835-resized

Pourtant le long de la Avon River on trouve encore un peu de paix et de fantaisie.

No tags for this post.