Suivez nous sur Twitter

Faut liker sur Facebook

Sandboard à San Pedro de Atacama

Mardi 1er novembre – Au Chili aussi, c’est un jour férié. San Pedro de Atacama est donc particulièrement fréquenté. Nous avons du mal à trouver une banque où retirer de l’argent car les distributeurs n’ont pas été ravitaillés en ce jour de Toussaint. Nous faisons une longue file d’attente devant ce qui semble la seule machine approvisionnée de toute la ville.

DSCF9155-resized

San Pedro de Atacama ressemble davantage à un village d’ailleurs, assez charmant même s’il est très touristique. Dès qu’on s’éloigne un peu du centre et de sa jolie place arborée (avec Wi-Fi gratuit !), on prend conscience des montagnes qui nous entourent. C’est assez magique. Les maisons n’ont pas d’étage et sont toutes en terre d’adobe rouge.

03570022-resized

Après la Bolivie, le Chili nous paraît cher. Nous savons déjà que nous ne resterons que le temps pour Antoine de réaliser un rêve formé à Nazca au Pérou : faire du sandboard ou surf de sable. Nous recroisons Tony et Chloé dans l’une des 2 rues principales de San Pedro. Ils sont en Amérique du Sud pour plus de deux mois et demi. Après une bière en terrasse, nous décidons de nous joindre à eux pour attaquer les dunes. Ils ont l’habitude de skier et de surfer pour Chloé car ils habitent Besançon.

03570023-resized

Nous réservons auprès de leur hôtel. Sandrine négocie un plus petit prix car elle n’a pas l’intention de surfer. Le souvenir d’une descente décevante en ski sur herbe et le fait de n’être jamais montée sur une planche de surf ne la motivent pas du tout. La descente se fait dans la Cordillera de la Sal.

P1040021-resized

Antoine et Chloé sont très à l’aise.

P1040030-resized

Tony n’a jamais fait de surf mais il n’a pas l’air impressionné. Une fois sur place, Sandrine se laisse quand même convaincre par le moniteur. Après deux descentes bien crispée, elle renonce.

P1040041-resized

Le plus difficile, c’est la montée à pied au sommet de la dune.

P1040056-resized

Antoine ne retrouve pas les mêmes sensations que sur la neige mais finit par trouver son style.

_DSC0209-resized

Après ces efforts, le moniteur nous conduit dans la Vallée de la Lune toute proche et nous offre une bière devant le coucher de soleil. On nous avait promis du Pisco Sour mais la mousse fraiche nous convient aussi très bien.

DSCF9170-resized

Deux anglais très sympas font aussi partie de notre groupe. Le garçon parle très bien français car il a travaillé 1 an à Paris.

DSCF9173-resized

Le soleil remplit sa mission quotidienne : éblouir la moitié de la planète en dardant ses rayons sur des paysages déjà grandioses. On monterait bien à bord de ce vieux van stationné sur le parking du retour.

03570020-resized

On se console autour d’une autre bière avec Tony et Chloé. On aurait pu en vider beaucoup d’autres en discutant avec eux. Malheureusement l’eau chaude est coupé à 22h et c’est la dernière chance pour Sandrine de prendre une douche aujourd’hui… Demain, après seulement 2 jours au Chili, nous gagnons l’Argentine. C’est ça aussi un tour du monde, faire des choix, garder un vrai voyage au Chili pour plus tard… Notre prochain vol décolle de Buenos Aires le 11 novembre, ce qui nous laisse peu de marge de manoeuvre.

No tags for this post.