Suivez nous sur Twitter

Faut liker sur Facebook

De la Montagne aux Sept Couleurs à Buenos Aires

Jeudi 3 novembre – Nous passons la frontière du Chili vers l’Argentine à Paso de Jama. Vincent L. sera peut-être amusé de savoir que nous faisons la connaissance de sa collègue Delphine Merour dans la file d’attente pour viser nos passeports. Elle a comme nous pris une année pour faire le tour du monde avec son mari Sylvain, mais aussi ses trois enfants ! Leur blog est plus à jour que le nôtre uneaventureenfamille.over-blog.com. Ils continuent jusqu’à Salta. Nous leur donnons rendez-vous en Asie dans quelques mois.

Nous nous arrêtons à Purmamarca pour découvrir la Quebrada de Humahuaca sur les conseils des utilisateurs de voyageforum.com. C’est un canyon très profond classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Le Lonely Planet que Laurent, le motard croisé à Mexico avec sa blonde Carole (transam2011.fr), nous a transmis en PDF, mentionne une montagne à sept couleurs dans les parages.

DSCF9192-resized

Lorsque nous nous rendons à l’office de tourisme pour demander où se trouve cette merveille, nous sommes surpris d’apprendre que nous sommes à ses pieds. Deux sentiers permettent de découvrir la Montagne aux Sept Couleurs, le matin et le soir. Il est un peu tard pour l’un comme pour l’autre, aussi nous remettons au lendemain et rentrons à Mama Coca, notre auberge de jeunesse. Nous partageons un dortoir avec deux français fort peu sympathiques qui nous prennent un peu de haut. Ils ne voient pas bien l’intérêt d’un tour du monde. Il faut vraiment n’avoir aucune ambition professionnelle selon eux et après quelques mois de voyage, il leur paraît impossible de rester ouverts à la découverte. Allez, bonne nuit !

DSCF9230-resized

Au matin, nous cherchons le premier sentier qui s’élève au-dessus du village. Un chien monte la garde à quelques pas et nous fait clairement comprendre qu’on est sur son territoire. Il est impressionnant d’agressivité, on sent que si on hésite trop longtemps, il n’hésitera pas à s’élancer sur nous et à mordre. On rebrousse donc chemin jusqu’à trouver le départ de la balade peu fréquentée. Nous grimpons parmi les pierres et derrière nous, la Montagne aux Sept Couleurs ne tarde pas à apparaître comme par magie. On ne s’attendait pas à un tel panorama.

DSCF9253-resized

L’après-midi, nous avons changé d’hébergement. Une petite chambre rien que pour nous dans une hosteria qui fait aussi camping, Bebo Vilte. C’est tout près du cimetière. On le longe pour suivre le second sentier dans la Montagne aux Sept Couleurs. Il est lui-même très fleuri et décoré, en total contraste avec l’image que l’on a de la mémoire en France.

DSCF9272-resized

Cette promenade, plus facile que celle du matin, est aussi plus impressionnante. On est au cœur de la Montagne aux Sept Couleurs (Cerros de los siete colores).

DSCF9282-resized

A certains endroits, on a l’impression que la roche est plus humide et qu’elle a été sculptée comme de l’argile.

P1040093-resizedP1040101-resized

Un troupeau de moutons rentre à l’enclos.

P1040107-resizedP1040083-resized

Nous les suivons jusqu’à l’entrée de Purmamarca.

DSCF9311-resized

C’est un petit village sans prétention où l’on est ravi de s’attarder. Le marché artisanal attire pas mal de monde en journée mais le soir le village se vide.

DSCF9315-resized

Les restaurants ouvrent tard (vers 21h). On croise une voiture qu’on avait jamais vue, la trois chevaux !

DSCF9318-resized

Le lendemain, on décide quand même de faire une escapade à Tilcara où se trouve le site archéologique de Pucara.

DSCF9347-resized

Le bus nous dépose au centre-ville. Nous dépassons le stade à pieds pour atteindre le site de Pucara (forteresse) érigé il y a 900 ans par les Indiens de Tilcara.

DSCF9351-resized

La position stratégique du site offre une vue à 360 degrés sur les montagnes alentours.

P1040152-resized

Mais on est peu séduit par le site lui-même qui ressemble plus à une reconstitution fantaisiste. On est surtout très choqué par l’espèce de temple qui occupe la place centrale et qui n’est en fait qu’un monument à la gloire de l’archéologue qui a découvert les ruines ! Si on ne lit pas la plaque, on pourrait croire qu’il fait partie des découvertes.

P1040148-resized

Les cactus se dressent partout dans des formes très variées et pour le moins originales.

P1040151-resized

Certains sont morts : on peut les toucher sans se piquer et vérifier leur solidité. Pas étonnant qu’on en fasse des meubles et même des poutres à l’entrée des maisons. Antoine prélève un échantillon de 40 cm qui passera plusieurs frontières avec nous.

DSCF9368-resized03570025

Nous regagnons Tilcara par un pont qui nous rappelle le film “Sur la route de Madison”.

P1040172-resizedDSCF9378-resized

Un Argentin le traverse en habit traditionnel : bottes, large pantalon et grand chapeau. C’est chic. Nous faisons nos adieux à Purmamarca après 3 jours hors du temps et prenons la direction de San Salvador de Jujuy. Le terminal de bus est franchement impressionnant. Nous laissons nos bagages à la consigne avant d’embarquer pour Buenos Aires. On dirait que Claude Chabrol veille sur nos affaires.

DSCF9399-resizedDSCF9415-resized

C’est dimanche. Le ballet des bus et des passagers est incessant.

DSCF9417-resized

Nous avons 22h de bus jusqu’à Buenos Aires. Il nous faudra du courage pour les affronter. Des paniers-repas sont prévus mais la marque n’est pas forcément rassurante !

DSCF9422-resized

Articles publiés :

No tags for this post.