Suivez nous sur Twitter

Faut liker sur Facebook

L’exposé de Javier à Taquile

samedi 22 octobre 2011 –

Javier, prononcez “Ravière”, c’est notre guide sur le lac Titicaca. Il nous promet des explications historiques pendant 24h sur une excursion de 32h. Mais quand elles arrivent enfin, on n’est pas déçus. Voici en vrac ce qui nous a frappé et ce qu’on a retenu.

La première civilisation à s’être installée sur le lac Titicaca est celle des Tiwanaku au VIIIe siècle avant Jésus Christ. Ils étaient de très grands tailleurs de pierre. Vinrent ensuite les Pukara, connus pour leurs céramiques, autour du IIe siècle avant J-C. Les Kollas font leur apparition vers le XIIe et enfin les Incas au XIIIe ou XIVe. Le premier Inca Manco Capac serait d’ailleurs sorti des eaux du lac Titicaca avec son épouse.DSCF8066-resized

Les Incas croyaient en l’existence de trois mondes : un monde céleste symbolisé par le condor, un monde terrestre représenté par le puma et un monde sous-terrain incarné par le serpent. Pour le peuple Inca, les éléments et les divinités marchent souvent par trois. Ils ont aussi trois principes fondamentaux : ne pas voler, ne pas mentir, ne pas être paresseux.P1030616-resized

En ce qui concerne les îles d’Amantani et de Taquile, nous apprenons que les Espagnols les avaient choisies comme centre administratif et comme réserve agricole pour approvisionner les ouvriers indigènes qu’ils envoyaient un peu plus loin dans les mines exploiter l’or et l’argent. Mais après de mauvaises récoltes et quelques épidémies, ils se retirèrent. La légende prétend que ces maux seraient dus à l’interdiction par les conquistadors de pratiquer les rituels envers la terre-mère et la terre-père (Pacha Mama et Pacha Tata). Après le départ des Espagnols, les habitants reprirent leurs gestes habituels et petit à petit, les îles retrouvèrent une certaine aisance agricole. On y cultive principalement du quinoa et des pommes de terre, du maïs et de la oka (un autre tubercule). Quelques moutons ici et là, mais pas d’élevage à proprement parler.

Entre 1917 et 1930, l’île de Taquile devint une prison. Le révolutionnaire et populaire Luis Sanchez Cerro y aurait séjourné avant de devenir… président du Pérou en 1931 !

Autre anecdote : à Taquile, les femmes filent la laine mais ce sont les hommes qui tricotent ! Cette activité leur est réservée. Selon la couleur et la place du pompon, leurs bonnets indiquent s’ils représentent une autorité officielle, s’ils sont mariés ou célibataires, à la recherche d’une épouse ou d’une simple aventure.

Les couples mariés ne portent pas d’alliance. Ce qui les lie, c’est une ceinture que porte l’homme, tissée par sa femme avec une mèche de ses propres cheveux ! L’épouse porte une jupe sombre, la couleur étant l’apanage des jeunes filles.P1030584-resized

No tags for this post.