Suivez nous sur Twitter

Faut liker sur Facebook

Dans le Chiapas

Après 3 jours à Oaxaca, nous reprenons un bus de nuit pour rejoindre la région la plus pauvre du Mexique, le Chiapas. Après un trajet peu reposant, nous arrivons à Tuxtla Gutierrez. Nous laissons nos bagages à la consigne pour rejoindre le Canyon del Sumidero. DSCF4910-resized

Honnêtement si c’était à refaire, nous passerions probablement notre chemin. Mais nous prenons place à bord de l’embarcation touristique.DSCF4957-resized

Nous retenons surtout le passage le plus laid, dans les ordures qui convergent de partout…DSCF4963-resized

Le Mexicain jette facilement ce dont il n’a plus l’utilité à l’endroit même où il se trouve, sur la route, par la fenêtre de sa voiture, et ce malgré les panneaux “no tirar basura”. Des oiseaux de mauvais augure tiennent ici leur siège.DSCF4955-resized

Un peu plus loin, le fleuve Grijalva reprend ses droits et quelques crocodiles se prélassent tranquillement dans la vase. On aperçoit une forme sautillante dans les arbres, un singe, trop dissimulé par les feuillages pour qu’on puisse l’observer.

P1030023-resized

Antoine ressemble un peu à un pirate dans ce contexte. Il parle depuis longtemps de se faire couper les cheveux et la barbe, c’est pour bientôt, c’est sûr. Ce qu’on a vraiment aimé dans le canyon, c’est el Arbol de Navidad, littéralement l’arbre de Noël, une jolie cascade qui se déverse en effet sur une végétation étagée comme un sapin.DSCF5016-resized

Notre bateau s’approche au plus près pour que nous contemplions cette merveille.DSCF4997-resized

On se laisse éclabousser avec joie.DSCF4998-resized

La promenade dure plus de deux heures. Au retour, nous tombons en panne d’essence à quelques mètres du quai seulement et sommes emportés par le courant dans le sens contraire. Nous sommes secourus et finalement tractés par un autre bâteau. Ouf ! Nous pouvons enfin prendre la route de San Cristobal de Las Casas.DSCF5245-resized

Nous marchons dans les pas de nos amis Seb et Ronan et trouvons la pension qui les a si bien reçus il y a… longtemps.DSCF5037-resized

Le lendemain, nous prenons un colectivo pour rejoindre, entassés avec les indiens qui nous ignorent, San Juan Chamula.DSCF5108-resized

La ville est connue car elle regroupe plus de 50 ethnies différentes qui se distinguent par leurs costumes traditionnels et aussi pour son église dans laquelle se pratiquent des rituels étranges.

DSCF5082-resized

Les photos de l’intérieur sont malheureusement interdites. DSCF5096-resized

Le sol est recouvert d’épines de pins odorantes, quatre toiles de couleurs sont tendues sous le toit et les côtés sont occupés par une succession de vitrines contenant saints, vierges et Christ qu’il suffira de poser sur des supports de bois pour les porter hors de l’église en procession. Nous reconnaissons entre autres San Antonio de Padua. Dans la partie centrale, bien avant l’autel, aucune chaise pour se recueillir. Les hommes et les femmes s’assoient à même le sol, parfois avec des poules, et allument des bougies en marmonnant. Ils se font parfois passer un verre dans lequel ils boivent chacun leur tour une préparation qu’ils ont eux-mêmes concoctés. Nous sommes à la fois gênés et reconnaissants de pouvoir assister à ces gestes. On reproduit ici une image trouvée sur le net.

San Juan3

L’orage gronde à la sortie de l’église, nous obligeant à rentrer plus vite que prévu. Nous trouvons refuge au marché de San Cristobal où le repas le moins cher et le plus copieux nous attend.

DSCF5115-resized

Après ça, nous passons devant une échoppe de Peluquiera (coiffeur). Cette fois Antoine se jette à l’eau.

DSCF5120-resized

Il se fera même tailler la barbe. Le changement est radical. Difficile de se fier aux modèles présentés. DSCF5155-resized

Le soir, nous dînons à nouveau avec Carole et Laurent, nous gavant de tacos al pastor arrosés de citron vert, miam miam…

DSCF5163-resized

No tags for this post.