Suivez nous sur Twitter

Faut liker sur Facebook

Chaussette mexicaine

Notre tour du monde commence finalement au Mexique. Après un mois de vacances aux Etats-Unis, nous nous sentons pour la première fois des étrangers. Nous sommes sous le charme des couleurs vives des bâtiments et des étoffes, grisés par l’agitation permanente, le bruit, les folklores.

DSCF3955 (resized)

Nous sommes d’abord accueillis chez Chaussette pour ceux qui la connaissent, Sophie Chauss la Solognote. Sandrine l’a rencontrée à Rouen en 2001 pendant ses études et elles ont été colocataires dans LE appartement (souvenirs, souvenirs). Une amie de 10 ans donc qui nous ouvre grand sa porte.DSCF3974 (resized)

Sophie a rejoint Mathieu au Mexique il y a sept ans et ils ont aujourd’hui deux petits garçons franco-mexicains : Pablo, quatre ans, et Eliot, deux ans. Sophie travaille à l’Ambassade de France comme adjointe à l’attaché culturel chargé de l’audiovisuel. Malgré une vie quotidienne déjà très remplie, ils nous ménagent une jolie place dans leur univers. Ils nous font même l’honneur de venir nous chercher à l’aéroport en coccinelle ! C’est LA voiture au Mexique, il y en a partout. On les appelle des vochos. Celle de Mathieu et Sophie est bicolore (bleue et blanche) mais pas comme les taxis (bordeaux et beige). Nous passons royalement cinq jours avec eux.DSCF4308 (resized)

Le cinquième jour, nous accompagnons Mathieu (Mateo dans sa vie mexicaine) à son usine de jus de fruits à Jungapeo, à deux heures et demie au nord de Mexico où il se rend spécialement pour une nouvelle commande. Nous commençons la journée au marché où il achète du trèfle, toujours pour ce nouveau projet. Chacun de nous se fait presser un jus de fruits frais aux couleurs du Mexique ! DSCF4320 (resized)

Ananas, nopal (variété de cactus), carottes et céleri, on fait le plein de vitamines. Avant de rejoindre l’usine, Mat a un petit-déjeuner d’affaires avec deux clients potentiels. Le petit-déjeuner est une institution ici, il est copieux, comme un brunch. Le café est donc suivi d’une assiette de Chilaquiles du poulet avec de la tortilla et une sauce assez relevée. Nous faisons un peu tache dans le décor, avec nos chaussures de marche, nos T-shirts respirants et nos pantalons baggy. L’avantage, c’est qu’avec notre compréhension de l’espagnol, les propos tenus resteront strictement confidentiels. DSCF4325 (resized)

Sur la route de l’usine, nous découvrons une coccinelle transformée en chopper, mieux qu’une moto à trois roues ! DSCF4336 (resized)

Les paysages sont verdoyants, bien différents de Mexico.

DSCF4420 (resized)

L’usine de Jungapeo est une petite oasis au pied des montagnes.DSCF4431 (resized)

Elle est composée d’un verger de prunes, fruits de la passion, mangues, maracuyas et d’un bâtiment pour la confection et la mise en bouteilles.

DSCF4400 (resized)

Une dizaine de personnes y travaillent. Mat vient tester avec Luciola qui dirige l’usine, un nouveau mélange pour un jus de fruits qui leur a été commandé par Starbucks. DSCF4475 (resized)

Nous assistons à toutes les étapes, ravis comme des enfants. DSCF4381 (resized)

Il faut dire que nous avons revêtu la tenue de rigueur : veste blanche, bonnet et masque.

P1020860 (resized)

Mathieu a aussi créé Campo Vivo il y a quelques années pour distribuer des produits frais issus de l’agriculture biologique.
Il est allé à la rencontre des producteurs locaux pour proposer leurs fruits et légumes à une grande chaîne de supermarchés mexicaine. Tomates, salades, pamplemousses, il nous fait tout goûter. Sans oublier la fleur d’hibiscus séchée, la Jamaica, avec laquelle on fait de délicieux thés glacés.

Campo-vivo

Sur la route du retour, nous croisons un camion chargé de cercueils. Ici la mort n’est pas un tabou. Il y a même une grande fête pour la célébrer en novembre. Il n’est pas rare de voir accrocher dans les maisons, en décoration, des Catrina (squelettes de femmes) dans des cadres colorés.

S0164506 (resized)

No tags for this post.