Suivez nous sur Twitter

Faut liker sur Facebook

Sur la Highway 1

Après Burning Man, nous filons couverts de poussière (l’auto et nous) jusqu’à Carson City, capitale du Nevada. Arrivés là-bas à la tombée de la nuit, nous trouvons un motel où faire une lessive, jeter les affaires hors d’usage (adieu Patogas argentées, vous avez bien vécu ; adieu Vans). Ne reste plus qu’à laver la voiture le lendemain matin (programme Gold, le plus cher, avec polish et tout, ce n’était pas du luxe dans notre cas, juste nécessaire). C’est bon de prendre une vraie douche, de faire chauffer ses nouilles chinoises au micro-onde et de dormir dans un vrai lit !
On ne sait pas encore ce qui nous attend. Quatre jours sur la Highway 1 de San Francisco à San Diego, c’est vraiment trop peu. Au final nous aurons la sensation d’avoir passé beaucoup de temps sur la route et de n’avoir pas assez profité de chaque endroit.
Mardi 6 septembre 2011, nous passons donc par San Francisco mais pas par le Golden Bridge, toujours dans la brume. On lui préfère son voisin gratuit le Bay Bridge, lui-même très impressionnant. Sandrine est au volant. Ce voyage aura eu le mérite de la réconcilier avec la conduite. Nous passons par Half Moon Bay où s’ébrouent quelques surfeurs malgré un temps frisquet. Nous faisons ensuite un arrêt à Santa Cruz où des nuées d’oiseaux s’étirent dans l’eau à proximité de la plage.
C’est réellement dense et très bruyant, il y a des milliers de mouettes et de pélicans qui plongent successivement à pic pour pêcher ce qui ressemblent fort à des sardines.
Nous dormons à Monterey. Au réveil, nous avons une jolie surprise : Océane est née, Antoine est maintenant tonton. Après un coup de fil à la nouvelle maman, nous décidons tout naturellement de visiter l’aquarium de Monterey, réputé des océanophiles, vous nous suivez ?
Il est justement sur le site d’une ancienne fabrique de sardines, vous suivez toujours ? Bon, là aussi on se prend une petite claque.

L’aquarium est très bien fait, la scénographie originale, ludique, on peut même toucher certaines espèces, en observer d’autres à la loupe ou à la longue vue.

Des volontaires échangent volontiers avec les visiteurs sur les habitudes des étoiles de mer ou des algues, au choix.

Le plus grand moment de la visite reste le contact avec les « Bat Ray » (raies chauve-souris). Nous les avons caressées, si, si, et c’est un peu comme d’avoir un énorme champignon noir sous la main. C’est très mignon, certaines semblaient même réclamer ce contact.

No tags for this post.